Sommaire

Le syndrome de Korsakoff se caractérise par une atteinte de la mémoire. Il est souvent lié aux dommages cérébraux causés par l'alcoolisation chronique.

Découvrons-en davantage sur les caractéristiques de ce syndrome et sur sa prise en charge dans la suite de notre article.

Généralités sur le syndrome de Korsakoff

Le syndrome de Korsakoff est dû à une carence en vitamine B1, en général dans un contexte d'alcoolisme chronique :

  • La maladie est souvent sous-diagnostiquée. D'autres causes du syndrome de Korsakoff sont reconnues : infection du cerveau au cytomégalovirus dans un contexte de SIDA, troubles du comportement alimentaire sévère (anorexie), kyste cérébral au niveau du septum pellucidum...
  • L'alcoolisme chronique correspond à une consommation régulière et importante d'alcool. L'alcoolisme chronique et le déséquilibre alimentaire consécutif est responsable d'un déficit en vitamine B1.
  • Le déficit en vitamine B1 trouble le fonctionnement du cerveau : c'est l'encéphalopathie de Gayet-Wernicke caractérisée par une confusion mentale, une désorientation temporo-spatiale et des troubles de l'équilibre.
  • Les symptômes de l'encéphalopathie de Gayet-Wernicke sont transitoires.
  • Le syndrome de Korsakoff correspond à une évolution de l'encéphalopathie de Gayet-Wernicke. À ce stade, les lésions cérébrales sont irréversibles. Il en va de même pour ses symptômes.

Symptômes du syndrome de Korsakoff

Il existe différents degrés d'atteinte du syndrome de Korsakoff. Le principal symptôme est l'oubli :

  • Le patient présente une amnésie :
    • amnésie antérograde : oubli des événements ayant eu lieu après le développement de la maladie ;
    • amnésie rétrograde : le patient a une mémoire sélective aléatoire des événements antérieurs au développement de la maladie.
  • Ce trouble de la mémoire investit d'autres domaines liés à la mémoire :
    • désorientation temporo-spatiale : ignorance de la date et le lieu où il se trouve ;
    • fausses reconnaissances : la personne croit reconnaître quelqu'un qu'elle ne connaît pas ;
    • confabulations : la personne fournit un souvenir erroné croyant être un souvenir réel ;
    • anosognosie : la personne ignore ses difficultés et croît ne pas avoir de problème.
  • Le syndrome de Korsakoff peut également s'accompagner d'autres symptômes :
    • troubles du comportement et/ou de l'affectivité ;
    • troubles des fonctions exécutives (contrôle cognitif et comportemental) ;
    • troubles de la marche et de l'équilibre ;
    • troubles de la vue ;
    • tremblements.

Les troubles mnésiques constituent un handicap invisible qui a un retentissement important sur la vie affective, sociale et professionnelle du sujet, mais également sur celle de son entourage.

Prise en charge du syndrome de Korsakoff

On ne peut guérir du syndrome de Korsakoff. La personne et son entourage apprennent à s'adapter au quotidien :

  • De nombreux spécialistes neurologues, ergothérapeutes, neuropsychologues, nutritionnistes, assistants sociaux et autres interviennent pour accompagner la personne et son entourage dans sa démarche d'adaptation.
  • L'aspect premier de la prise en charge est le sevrage alcoolique. Les patients sont supplémentés en vitamines. Souvent, le recours au centre de désintoxication est indispensable.
  • La rééducation de la mémoire s'organise autour du « carnet de mémoire », prothèse mnésique du malade. Au quotidien, la personne apprend à noter et à consulter son carnet afin de récupérer les informations qui ne s'inscrivent plus dans sa mémoire.
  • L'ergothérapie est centrale dans la prise en charge. Elle consiste à réinsérer la personne dans son environnement en lui rendant un maximum d'autonomie. L'intérêt est de maintenir une qualité de vie satisfaisante à la personne et à son entourage.

Pour aller plus loin :

Aussi dans la rubrique :

Troubles de la mémoire

Sommaire