Mémoire : qui est concerné ?

Écrit par les experts Ooreka
Evolution age silhouettes fond blanc

La mémoire nous permet d'enregistrer une information, puis de la restituer dès que nécessaire, nous est utile à tous les âges de notre vie :

  • dans l'enfance,
  • durant toute notre adolescence,
  • à l'âge adulte
  • et les seniors.

Si nos deux premières « tranches de vie » nous font davantage travailler notre mémoire, les deux suivantes ne nous donnent pas forcément l'occasion de l'utiliser suffisamment pour la maintenir alerte.

Dans ces deux derniers cas, il faudra apporter un soin tout particulier à faire des exercices pour faire travailler ses neurones et booster sa mémoire afin d'éviter certains troubles.

La mémoire chez l'enfant

Dès qu'il commence à prendre conscience de son environnement, l'enfant utilise sa mémoire. Découvrant un monde de formes, de couleurs, d'odeurs, il tend à mémoriser ce qui l'entoure au fur et à mesure de son apprentissage.

Cette mémorisation se développe d'autant plus qu'il entame sa scolarisation et sa socialisation

Dès les petites classes, il apprend le langage et le processus de mémorisation se met en marche.

On retiendra que l'enfant :

  • apprend à observer tout ce qui l'entoure et à mémoriser ;
  • fait son apprentissage scolaire grâce à ses facultés cognitives et surtout sa faculté de mémoriser ;
  • est à un âge où la mémoire fonctionne très bien. On a pu constater que les enfants avaient de grandes facilités pour apprendre une langue étrangère et il existe de plus en plus de classes initiant l'enfant à une langue étrangère dès avant les classes de collège.

La mémoire pendant l'adolescence

L'adolescence est, sans doute, la période où la mémoire tourne pour tout le monde à « plein régime » :

  • En effet, elle est très sollicitée, ce qui la rend aussi plus productive, puisque la mémoire fonctionne d'autant mieux qu'elle est plus fréquemment sollicitée.
  • Les cellules physiques et psychiques sont en pleine croissance et ont plus de facilités pour le travail du corps et de l'esprit.

L'adolescence est donc une période où il se forge une « méthode » d'apprentissage pour travailler efficacement et mémoriser, non plus seulement sur le court terme mais aussi sur le long terme, pour les examens et pour sa vie professionnelle.

La mémorisation, à l'adolescence, fait intervenir de nouveaux processus d'acquisition de connaissance :

  • développement de l'attention et de la concentration,
  • développement de l'esprit de logique : très utile pour les mathématiques et les formules de physique et de chimie,
  • développement de l'esprit de synthèse : apprendre ne suffit plus, il faut comprendre et être capable de ressortir l'information au moment opportun.

La mémoire de l'âge adulte

Avertissement : l'âge adulte que nous mentionnons ici correspond, dans le cadre de cette rubrique à une population allant de l'âge de l'entrée dans la vie active jusqu'à l'âge du départ en retraite.

Nous pouvons diviser cette population en deux catégories :

  • les personnes actives occupant un emploi manuel,
  • les personnes actives occupant un emploi intellectuel.

Mémoire et emploi manuel

S'il fait intervenir des facultés intellectuelles comme la création, la concentration, l'attention, l'emploi manuel fera, dans l'ensemble, moins intervenir la mémoire qu'un emploi qualifié d'intellectuel.

On classe souvent dans cette rubrique des métiers manuels tels que : les artisans – maçons, plombiers... - les commerçants, les vendeurs. Nous rajouterons, dans cette rubrique, les femmes au foyer, mères de famille. Les personnes de cette catégorie occupent des fonctions pouvant faire appel à leur mémoire mais seulement sur une petite échelle.

On appelle donc « manuels » des métiers qui font appel à des capacités intellectuelles mais où celles-ci occupent moins de place dans la réalisation / conception du travail dans son ensemble que pour les métiers qualifiés d'intellectuels.

Les emplois dits intellectuels et la mémoire

Les fonctions à caractère plus intellectuel que manuel sont à répartir en deux groupes :

  • celles qui font appel, au quotidien, à des capacités cognitives : réflexion, études, recherches,
  • celles qui utilisent plus épisodiquement ces fonctions. Certains métiers du secteur tertiaire font davantage appel à des mécanismes devenus des « automatismes » qui sont des tâches intellectuelles que l'on effectue machinalement.

Bon à savoir : on peut donc dire que, paradoxalement, certains métiers dits « manuels » sont plus porteurs d'exercices intellectuels que certains métiers dits « intellectuels ».

Il faut donc arriver à se situer et à savoir où l'on en est, en ce qui concerne le fonctionnement de nos cellules grises, en se posant quelques questions :

  • utilisons-nous la réflexion, la concentration, la logique, dans notre travail quotidien ?
  • faisons-nous appel à des souvenirs de nos apprentissages passés (langue, culture générale, formules apprises,...) ?
  • notre mémoire nous semble-t-elle fonctionner au quart de tour lorsque nous la sollicitons ?

Un petit diagnostic peut nous aider à nous situer. Il faut aussi évaluer le temps libre, car certains n'utilisent que très peu leur mémoire au travail mais compensent largement cette lacune durant leurs loisirs.

La mémoire chez les plus de 65 ans

Comment ne pas « oublier » notre mémoire ?

Partir à la retraite, c'est tourner la page de notre vie professionnelle. Pour autant, il ne faut pas négliger de faire travailler nos neurones si l'on veut éviter de rencontrer des troubles de la mémoire.

Certains retraités ont une activité intense et affirment ne jamais s'ennuyer. Pourtant, leur mémoire leur joue des tours. Pourquoi ? Parce qu'ils ne la font pas suffisamment travailler.

On peut avoir un agenda chargé entre la famille, les sorties et les voyages mais ne pas avoir au programme assez d'activités permettant de préserver notre mémoire.

Quelques pistes de réflexion :

  • privilégiez les mots croisés, les mots fléchés ou la lecture à la télévision à outrance,
  • si vous aimez regarder la télévision, sélectionnez les jeux de culture générale ou les émissions culturelles,
  • faites suffisamment d'exercice physique pour oxygéner votre cerveau,
  • veillez à vous alimenter « diététiquement correct »,
  • faites attention à la qualité de votre sommeil,
  • débattez sur des sujets d'actualité ou de culture générale avec vos petits enfants...

Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !